Stockholm et la Suède
comme personne ne vous les a jamais racontées
Picture of tommy

tommy

Nos visites guidées

StockholMania Tours organise différents types de tours et visites guidés à Stockholm et environ. Des promenades guidées dans les différents quartiers de la ville aux visites de musées et attractions, en passant par des tours thématiques et des itinéraires packagés.

Envie d’en savoir plus ?

Catégories

Le deuxième dimanche de l’avent en Suède

Que seraient les fêtes de fin d’année sans les banquets et les bons petits plats partagés en famille ? En ce deuxième dimanche de l’Avent, StockholMania Tours vous propose une farandole des traditions culinaires suédoises liées à Noël…


Les Noëls du passé

Chez les paysans suédois, Noël était un moment de l’année où l’on mangeait des produits frais plutôt que les habituelles préparations salées, séchées ou fumées. Le garde-manger débordait de victuailles car de nombreux animaux venaient juste d’être abattus. Comme aujourd’hui, les gens ne se privaient pas et Noël était l’occasion idéale pour des repas gargantuesques.

Dans l’après-midi du 24 décembre, il était de tradition de prendre le bain de Noël après lequel il fallait se revêtir de vêtements propres. Au menu du réveillon, on retrouvait le dopp i grytan, une tranche de pain baignant dans le bouillon du jambon de Noël (le traditionnel julskinka), mais aussi le lutefisk (une préparation à base de poisson blanc) et pour finir le riz-au-lait (risgrynsgröt). Cependant, ce dessert, tel qu’on le connaît aujourd’hui, était inaccessible pour la plupart des Suédois car le riz que l’on importait à l’époque coûtait beaucoup trop cher. On cuisinait donc plutôt un vitgröt à base de lait et de farine ou de grains de céréales concassés.

La julbord ou buffet de Noël

Aujourd’hui, dans la plupart des familles suédoises, le repas du réveillon du 24 décembre est le même. Il consiste en un buffet appelé julbord (table de Noël). Petits et grands se retrouvent autour de nombreux mets typiques suédois. Poissons et viandes se mélangent sur la table : divers sortes de harengs marinés, du saumon gravlax, du Janssons frestelse (un gratin d’anchois, de pommes de terre et d’oignons), des boulettes de viande, des saucisses prinskorv, du jambon de Noël et des salades de choux et de pommes de terre en accompagnement.

Buffet traditionnel de Noël

Ce type de buffet n’est pas spécifique à la période de Noël. Il est également dressé à Pâques et à Midsommar (la fête du solstice d’été). Le buffet de Noël tend peut-être plus vers les viandes, tandis que les deux autres sont peut-être un peu plus tournés vers les poissons. Dans tous les cas, les Suédois n’oublieront pas de boire un petit snaps entre les différents plats (c’est-à-dire boire cul sec un petit verre d’alcool fort).

Une julbord ne peut se terminer sans une touche sucrée. Pour la dernière partie du buffet, les Suédois prépareront des petits biscuits, des bonbons et autres pâtes de fruits, des compotes mais aussi le traditionnel riz-au-lait façon ris à la malta (ou risalamande en français) avec de la crème chantilly et que l’on peut décorer de quartiers d’oranges ou de mandarines.

Les biscuits traditionnels aux épices

Ce n’est qu’après la première guerre mondiale que la traditionnelle julbord du réveillon a fait son apparition dans les restaurants suédois. On la retrouvait au début le (ou les) dimanche(s) précédent(s) Noël. Aujourd’hui, les julbord commerciales sont populaires à travers le pays. Les compagnies invitent généralement leurs employés à partager ce repas de fin d’année dans le courant du mois de décembre (et même parfois déjà en novembre). Dans les plus grands buffets se retrouveront les plats familiaux traditionnels mais également des préparations un peu plus originales comme des boulettes de viande d’ours, de la viande d’élan ou encore des variétés de harengs marinés surprenantes (par exemple, les harengs aux myrtilles ou les harengs au Västerbottenost, un fromage du nord de la Suède).

Avec la pandémie actuelle, les restaurants ont dû se réinventer. Cette année, les julbord sont disponibles à emporter ou peuvent être livrées à domicile. Au lieu d’un buffet à volonté au cours duquel les Suédois ont généralement les yeux plus gros que le ventre, vous pourrez obtenir des échantillons du buffet à manger dans une salle de conférence de votre compagnie, ou en famille à la maison si vous n’avez pas envie de cuisiner.

Le julmust, une boisson plus que centenaire

Lorsque Noël approche, les habitudes des Suédois en matière de boissons changent radicalement. La consommation de Coca-Cola diminue drastiquement pour être remplacée par le julmust (littéralement, « le mout de Noël », en réalité une boisson gazeuse qui ressemble fort au Coca-Cola). Une julbord ne peut être réussie si elle n’est pas arrosée de julmust, c’est une tradition !

Le traditionnel Julmust

Cette boisson gazeuse est un soda qui s’apparente au célèbre Coca-Cola de par sa couleur, mais qui possède un goût très différent. C’est en 1910 que la première cuvée de julmust a vu le jour en Suède. Robert et Harry Roberts (père et fils) lancèrent cette boisson comme alternative sans alcool à la bière de Noël (appelée julöl). Le fils Roberts était parti étudier la chimie en Allemagne et c’est là que l’idée du julmust lui vint et qu’il créa la recette.

Encore aujourd’hui, la compagnie familiale Roberts AB détient le brevet de cette recette tenue secrète. Seule une poignée de personnes en connaissent les ingrédients. Ce dont on est sûr est que le julmust contient du houblon et du malt (aujourd’hui sous forme d’extrait) ainsi que d’autres épices, herbes et arômes.

Si le julmust se boit en période de Noël, on le retrouve à une autre période de l’année mais sous une appellation différente. Le påskmust (littéralement, « le mout de Pâques») fait lui aussi partie des incontournables au printemps.

Et si on se réchauffait avec un petit glögg ?

Pour se tenir chaud lors des longues soirées d’hiver, les Suédois consomment du glögg, une boisson chaude nordique à base de vin rouge épicé ou d’un autre spiritueux. Le terme glögg vient d’un ancien verbe glödga qui signifie « réchauffer ». On peut trouver des versions non alcoolisées du glögg à base de jus ou de vin sans alcool.

Le glögg est devenu populaire en Suède à la fin du 19e siècle. C’est à ce moment-là que les négociants en vin ont commencé à fabriquer du glögg prémélangé. On retrouvait un glögg simple ou une variante plus forte appelée cognacsglögg ou julglögg. On a alors commencé à associer cette boisson aux fêtes de fin d’année et à dessiner sur les étiquettes des petits lutins de Noël réchauffant du glögg et goûtant cette boisson fumante.

Le traditionnel glögg

À partir du 1er dimanche de l’Avent, les Suédois invitent leurs amis et leur famille à des goûters de Noël (julfika) au cours desquels le glögg est incontournable. Cette boisson se boit dans de petites tasses et est servie avec des amandes et des raisins secs.

Pour accompagner le glögg, les Suédois peuvent acheter ou préparer eux-mêmes des pepparkakor, ces biscuits de Noël aux diverses épices telles que la cannelle, la cardamome, le gingembre et les clous de girofle.

Les fameux pepparkakor

Pour la Sainte-Lucie, le 13 décembre, le glögg peut aussi être accompagné de lussebullar ou lussekatter. Si vous voulez savoir ce que c’est, rendez-vous la semaine prochaine pour notre troisième article de l’Avent dédié à la Sainte-Lucie.

tommy

Facebook
WhatsApp
Twitter
Pinterest
LinkedIn
Email

Ces articles pourraient également t'intéresser....

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *